L'Aperçu
Journal Culturel d'Aix-Marseille et alentours

idv

LE FESTIVAL IMAGE DE VILLE, 12ème édition cette année, nous invite à porter un nouveau regard sur la ville.

 
Le Festival Image de Ville est autre chose qu’un festival, c’est un endroit qui favorise le dialogue entre cinéma et architecture afin de mieux comprendre les mutations urbaines et d’en partager les enjeux.
Une approche originale et philosophique de la ville, de
l’espace public à travers le cinéma, le regard d’artistes et leurs nouvelles formes d’écritures cinématographiques. Comment l’art, la culture sont constitutifs de l’identité de la ville.

« Avec l’ensemble des films on raconte une nouvelle histoire, on rédige un nouveau récit. On n’est pas dans un travail de programmation mais de composition, tel film à côté de tel film avec tel invité : qu’est ce que cela va raconter ? C’est le concept d’Image de Ville. »

Quel est l’ADN et le projet culturel que porte Image de Ville ?
Le festival Image de Ville est un lieu de diffusion, de production et de création cinématographique qui nous offre une sélection originale de films abordant les questions d’urbanité d’un point de vue sensible.
Faire réfléchir, parler de cette ville que nous vivons, que nous fabriquons, de l’espace public, de l’urbain à travers le cinéma. Se questionner en dehors des débats techniques et politiques pour sortir un peu de ce discours enfermant et essayer d’en parler autrement.

Derrière la ville se pose la question du comment habiter, vivre ensemble. 2008 est un vrai tournant, la population est devenue à plus de 50% urbaine à l’échelle de la planète. Le monde devient une ville monde, face à cette réalité démographique. L’art, la culture sont essentiels pour nous, acteurs et habitants de la cité, mais aussi pour les institutions, les spécialistes du secteur urbain, architectes, techniciens. L’art provoque débat, interrogations et à travers le cinéma, on peut envisager le futur de la ville. Comment en faire un lieu où l’on peut bien vivre ensemble, un espace cohérent, harmonieux. Tout est lié : l’urbain, l’art et la culture sont les acteurs d’une même réflexion.

2008 est un vrai tournant, la population est devenue à plus de 50% urbaine

Le cinéma permet de parler de la ville et IDV confrontent les spécialistes, les experts à ces questionnement sur la ville qu’ils construisent ?
Le cinéma est né au moment où la société industrielle va complètement modifier le paysage urbain, le vampiriser. Enfant de cette révolution, le cinéma ne cesse d’en témoigner. On réunit une cinquantaine de films à chaque édition, on organise des tables rondes, des discussions, des débats et la question de la ville s’aborde d’un point de vue historique, anthropologique, sociologique en essayant de comprendre ce que le cinéma révèle de tout ça.
La sélection comprend des films récents ou du répertoire, des fictions, des documentaires, des films d’animation, un peu d’expérimental. A travers des regards artistiques on parle d’urbain, ce ne sont pas des films d’experts.
Autour de cette sélection IDV met en présence tous les acteurs de l’urbanité, du public à l’architecte en passant par la médiation de l’artiste. Les architectes et les urbanistes y trouvent un espace où se confronter à l’altérité, ce qui est pour eux un lieu de respiration et d’inspiration pour y trouver d’autres champs d’exploration et de questionnements sur leurs pratiques. Ils cherchent toujours des regards complémentaires,
des idées nouvelles et sont souvent dans un champ très
expérimental. Ils répondent présents et sont très sensibles
aux rencontres organisées lors des rendez-vous d’Archiciné (Programme associant un film et un architecte qui a lieu à la Cité de l’Architecture & du Patrimoine de Paris, 8 séances par mois environ).

A quel type de public vous adreesez-vous ?
Ce n’est pas un public spécialisé mais un public curieux, intéressé par notre démarche, que nous avons su fidéliser.
On représente modestement une sorte de laboratoire culturel sur

la ville, lié à l’urbain, à la question du vivre ensemble. Ce qui se joue derrière, c’est comment solliciter des publics, les faire réfléchir, les emmener à se projeter autrement, poser la question « quelle est la place de l’art et de la culture » IDV n’existe pas pour un public ciblé, la nuance est là, on décloisonne un peu en créant de vrais espaces de rencontres. IDV est un des plus anciens festivals de ce type sur ces thématiques, on fait un peu école. On donne sa place au cinéma car il est souvent enfermé dans un schéma de consommation classique, on le sort un peu du champ commercial standardisé. L’ambition est vraiment d’offrir, rendre accessible la culture. À travers le cinéma, on tente d’expliquer ce qui se joue dans le fait de vivre en ville, qui est à la fois un lieu où on peut se fondre, où on peut se sentir exclu, mais aussi un lieu d’organisation sociale. Finalement, on montre que cette ville se vit de plein de façons différentes.

Une sorte de laboratoire culturel sur la ville, lié à l’urbain, à la question du vivre ensemble

Pour cette 12ème édition, le thème est « Voyage en ville », c’est-à-dire ?
Une programmation axée sur le phénomène du tourisme qui est en train de prendre d’énormes proportions. À l’échelle de
la ville, cela peut provoquer de profonds bouleversements structurels, culturels et politiques. De plus, nous sommes dans l’après Marseille Provence 2013, où la question du tourisme a été centrale, ces questions ont été ravivées. La culture n’est-elle plus qu’objet marketing parmi d’autres, ou participe-t-elle encore à la construction d’un territoire ?

Un aperçu du programme de cette année ?
Deux films en sélection au Festival de Locarno, un film sur la capitale européenne de la culture en 2012. Un focus sur la compagnie de théâtre de rue Royal Deluxe, pionnière en matière de questionnement de l’urbanité par l’art. Un ciné-concert qui permet de revisiter le cinéma muet. La particularité d’IDV est que c’est un festival « sans chaise, sans table ni écran ».
Une manifestation culturelle sans lieu, ne peut exister qu’en
tissant des liens avec les autres acteurs et partenaires culturels, à Aix et Marseille (sur Aix Espace verrière, Salle Armand Lunel, le Mazarin, sur Marseille Auditorium de la Villa Méditerranée qui eux, ont une maison. Des projections, des débats, des tables rondes, un programme pour les scolaires des maternelles d’Aix qui marche très bien.

IDV porte aussi d’autres projets pendant l’année ?
On a créé « Les journées du film d’environnement » en 2006 qui reprend le concept d’IDV : la ville mise en relation avec le cinéma ; nous préparons la 10ème pour le printemps. Nous avons aussi une programmation régulière avec les RdV Archiciné. Nous avons créé « Architectes en ligne », qui propose des conférences d’architectes.

Vous avez aussi une démarche de production ?
Cela passe par des commandes auprès d’artistes réalisateurs avec qui on a une proximité ou déjà travaillé. Cette année, Christian Marani, vidéaste au long court, parcourant les villes du monde, raconte ses voyages dans le cadre de performances vidéo. On a réalisé un film sur les quartiers qui se créent dans les villes de Méditerranée, qui pose toutes la problématique du développement durable. « Entre ville et port », quant à lui, traite du développement du front de mer de Marseille appelé « La cité de la Méditerranée ». IDV va développer un site web, offrir quelque chose de régulier pour qu’il existe une continuité sur le sujet, proposer ainsi un lieu participatif de réflexion.

Image de Ville les 14, 15 et 16 novembre 2014 à Aix-en-Provence et les 22 et 23 novembre 2014 à Marseille

http://imagedeville.org/

Date de publication : 30 novembre 2014

Articles connexes

Poster votre commentaire

Votre adresse Email ne sera pas divulguée. Les champs avec une * sont obligatoires.

BANDO-APERCU
L'Aperçu, le journal de la Fonderie

Journal Culturel d'Aix-Marseille et alentours
14 Cours Saint-Louis 13100 Aix-en-Provence
Tél. : (33) 04 42 63 10 11
Courriel : contact@lapercujournal.com

NEWSLETTER
 

Recevoir les news de l'Aperçu : inscrivez-vous ici.

Nom et Prénom :

Email :